Aidez-nous à améliorer nos services. Veuillez répondre à ce questionnaire en 5 minutes

Excellence Monsieur le Ministre des Relations Extérieures de la République du Cameroun,

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Excellences Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique accrédité au Cameroun,

Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur,

Monsieur le Recteur de l’université de Yaoundé,

Excellence Monsieur le Directeur de l’Institut de Relations Internationales du Cameroun,

Mesdames et Messieurs les Enseignants en vos rangs, grades et titres respectifs,

Mesdames et Messieurs,

Chers étudiants,

Qu’il me soit tout d’abord permis de vous dire ma joie d’être ici à Yaoundé et dans cette belle et grande institution,

Cette institution à l’histoire si riche au regard du nombre de personnes et de personnalités qu’elle a formées ; institution-mère des Ecoles et Instituts de formation aux carrières diplomatiques d’Afrique,

Institutions, dont la seule évocation réveille, dans la conscience collective, un sentiment légitime de respect et une forme incontestable de révérence au regard de ses succès d’antan et de ceux  d’aujourd’hui.

Ma joie est encore plus grande d’être ici à Yaoundé, dans cette belle école, avec laquelle j’entretiens  des rapports particulièrement étroits, et à laquelle je suis tout aussi attaché.

Je mesure enfin le privilège de retrouver ici une famille, des parents et amis dans cette maison, cette belle et grande maison, qui a si souvent su m’accueillir et qui m’accompagne heureusement depuis plusieurs années.

A vous excellence Monsieur le Ministre,

Monsieur le Directeur,

Chers professeurs et chers collègues,

chers étudiants;

Je voudrais vous dire du fond du cœur MERCI.

Merci  de vos paroles de bienvenue, merci de votre amitié,

Merci de votre présence nombreuse à cette rencontre panafricaine,  deuxième du genre organisée par le CAFRAD, après le succès de la première rencontre de Rabat il y a bientôt trois ans.

Rencontre que nous avons voulue pérenne, en cette période si particulière, où l’Afrique, notre continent, revient progressivement et, de façon particulière, sur la scène internationale.

Mesdames et Messieurs,

Il y a en effet deux ans, le CAFRAD a mis en place un programme important de rénovation de sa stratégie, conformément à la volonté de ses Etats-membres. Ce vaste et ambitieux programme, visait, notamment, non seulement à accompagner les réformes administratives et  la Gouvernance dans les Etats africains, mais aussi et surtout, d’accompagner les stratégies d’intégration des Africains dans l’accompagnement des changements, actuellement en  cours, sur le plan international à travers un accent particulier sur la formation et les échanges entre les différentes institutions de formations aux fonctions publiques.

Il s’est agi, notamment, de mettre en place des stratégies concertées de formation de la jeunesse africaine aux impératifs actuels et futurs, grâce à la construction et la reconstruction plus inclusive et plus efficace des stratégies et actions au plan régional. Il a par ailleurs été question de définir des passerelles utiles et plus ambitieuses entre les institutions de formation aux différentes carrières publiques, de manière à permettre à l’Afrique de se doter de personnels plus compétents et surtout, en phase avec les préoccupations et défis  présents et à venir de notre continent et du monde d’une manière générale.

C’est dans cet élan que notre institution, fidèle à la vocation qui est la sienne depuis 1964, année de sa création, c’est dans cet élan disais-je que le CAFRAD   a institué la présente conférence des écoles et instituts de formation aux carrières diplomatiques.

L’ambition étant, entre autres, de permettre progressivement à nos Etats, de personnels diplomates nourris d’une stratégie plus inclusive sur le plan régional, grâce et à travers, la mise en place de programmes harmonisés de formation, de nature à permettre aux jeunes et moins jeunes cadres diplomates africains, de mieux se connaître, ainsi que de mieux faire face aux différents défis qui engagent notre continent.

Monsieur le Ministre des Relations Extérieures,

Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur,

Mesdames et Messieurs,

La rencontre qui nous réunit, prend ainsi une valeur hautement symbolique. Elle consacre pour notre institution, la matérialisation nouvelle, d’une ambition profonde : celle de voir l’Afrique unie, autour d’une vision forte, digne et respectueuse des hommes et des femmes d’Afrique et du monde, loin des clichés surannés et quelquefois réducteurs, mais pleinement et résolument tournés, vers la défense de la dignité d’une  Afrique en plein éveil au profit  du bien être et de la prospérité de ses enfants.

Cette rencontre est aussi pour nous le témoignage éloquent de la reconnaissance, par notre institution et par l’ensemble des Etats membres et non-membres, du rôle tout à fait singulier qu’à joué et que joue encore  l’IRIC et la république du Cameroun, à travers ses plus hautes autorités, dans la construction et la consolidation d’une conscience des Etats africains et à travers, notamment, la recherche permanente  de l’émergence, en Afrique, d’une diplomatie toujours plus présente et plus efficace, en dépit des vicissitudes  variées qui, quelquefois, viennent grever ses légitimes ambitions.

C’est le lieu ici de dire solennellement, la place importante que le CAFRAD accorde à la construction d’une Afrique forte, d’une Afrique porteuse de vision et d’ambitions nouvelles, d’une Afrique plus que jamais  consciente de son rôle dans le monde, autant que dans la construction d’un monde  nouveau dans lequel ses fils et ses filles, leurs biens matériels et immatériels, leurs cultures et traditions, seront plus et mieux reconnus  autant que plus et mieux défendues.

Mesdames et Messieurs,

Le CAFRAD, notre institution, se réjouit d’accompagner ce vaste mouvement. C’est une ambition particulièrement lourde mais surtout légitime, à l’heure où le monde, notre monde, connaît d’importantes transformations. Au moment où l’Afrique est plus que jamais sollicitée, mais en même temps, à une période au cours de laquelle, différents mouvements essaient, par divers moyens, de fragiliser nos efforts de développement et d’intégration.

Voilà pourquoi, la présente rencontre se veut être un cadre de réflexion de plus,  dans lequel, les responsables des institutions de formation aux carrières diplomatiques, pourront échanger librement, autour des stratégies et défis actuels de la formation aux carrières  diplomatiques. De la même manière, ils pourront tracer des perspectives nouvelles, innovantes, viables et réalistes, capables d’accompagner cet important mouvement.

L’Afrique ne pourra efficacement et durablement construire et consolider son développement sans une diplomatie forte. Elle ne pourra faire entendre sa voix sans un engagement résolu et plus efficace dans la formation de qualité  et en Afrique de sa jeunesse. Cela signifie que nos écoles, devront mettre davantage l’accent sur des formes variées d’apprentissages, à travers des stages et des échanges entre les différentes institutions présentes sur notre continent. Pour ce faire, le CAFRAD invite les Etats et les écoles ici représentés, à mettre en place des programmes de coopération afin de faciliter la mobilité à l’échelle continentale des étudiants inscrits aux  différentes carrières diplomatiques.

Par ce moyen, les différents apprenants et stagiaires s’initieront   progressivement aux techniques et ficelles de la profession. Ils en apprendront les codes, partageront leurs expériences, de même qu’ils apprendront à mieux servir leurs pays et, de façon plus large, leur continent.

Monsieur le Ministre des Relations Extérieures,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Mesdames et Messieurs,

Le CAFRAD se veut être un des cadres privilégiés d’accompagnement de cette stratégie. C’est une organisation Intergouvernementale Panafricaine, créée en 1964, par la volonté d’un ensemble de chefs d’Etats africains, sous l’impulsion de feu Sa Majesté Hassan II, dont le siège est actuellement basé à Tanger. Cette institution compte aujourd’hui une quarantaine d’Etats-membres, couvrant l’ensemble des sous-régions de notre continent.

Dans quelques semaines, le siège du CAFRAD sera déplacé vers Rabat, capitale du Royaume du Maroc, dans un siège nouveau offert par le Gouvernement du Royaume du Maroc.

Depuis quelques années, il accueille des stagiaires de différents pays d’Afrique et du monde, dans le cadre de partenariats établis avec diverses institutions de formations et administrations publiques à travers le monde.

C’est le lieu de dire ici que le CAFRAD est à vos côtés. Il est disposé à prendre sa part dans ce mouvement de transformation et de construction de notre diplomatie continentale.

Je souhaite donc que les présents travaux permettent de construire progressivement ces voies nouvelles, pour qu’ensemble, institutions africaines, nous participions à l’édification d’une pratique diplomatique en Afrique plus efficace, et afin qu’émerge une Afrique plus libre, plus digne et plus forte, consciente d’elle-même et consciente de son rôle ainsi que de sa place dans ce monde en pleine et profonde transformation, et dans lequel l’Afrique, notre continent et nous-mêmes, sommes plus que jamais interpellés.

Je vous remercie de votre bienveillante attention.